Pourquoi être sur le terrain? 4ème partie – Communication

By | 25th August 2017

En plus des lignes de communication, un autre aspect est la communication verbale et non-verbale.

Pour la communication verbale, la langue que j’utilise pour communiquer est l’anglais (tous les pays dans lesquels je me rends sont anglophones). Bien que l’anglais soit la langue officielle, peu de gens parlent anglais en tant que langue maternelle… et il y a une multitude de langues différentes….

Nous rencontrons donc beaucoup d’accents et d’expressions différentes (traductions d’expressions locales) qui peuvent rendre l’anglais plus difficile à comprendre. Comment nous avons appris l’anglais joue aussi un rôle. J’ai eu la chance d’apprendre l’anglais en Angleterre et bien que je sois bilingue et que je m’exprime dans un bon anglais, je ne parlerai jamais comme un anglais… mais j’ai appris l’anglais en Angleterre.

Il y a parfois des expressions qui ne sont pas naturelles à comprendre dans un pays/une région. Et c’est l’exposition récurrente qui permet à un étranger (quelleque soit sa langue maternelle) de comprendre. J’ai parlé de mon expression favorite dans un article différent (à propos du temps…), à propos de l’expression du “sentiment d’urgence”. Vous devez être sur place pour bien le comprendre…

Il y a de nombreuses autres expressions où utilisation de la langue qui peuvent être déstabilisantes au premier abord. Cela peut donner l’impression que votre interlocuteur ne maitrise pas la langue. Ou qu’il exprime une demande alors qu’il ne devrait pas (mais qu’il devrait faire une requête). Ou qu’il est impoli. Mais, l’immersion dans le pays et l’exposition à plusieures personnes vous montrent que c’est la norme dans cette région.

En revanche, il a aussi des expressions personnelles, que vous apprenez en étant avec les gens pour quelque temps. Et vous vous adaptez à la manière dont les individus s’expriment. Ces différences subtiles ne peuvent être apprises à travers les communications en-ligne. Elles viennent avec l’expérience de l’autre. Et inclues souvent la communication non-verbale que nous n’avons pas en ligne. De nouveau, cela rejoint ce que je mentionnais dans un autre article, et nous faisons la même expérience avec tous ceux avec qui nous communiquons… où que nous soyons et quoi que nous fassions…

Il s’agit peut-être de moi, mais les cultures, histoires et personnalités peuvent être très différentes entre 2 villages. Et le meilleur moyen que j’ai d’apprendre les gens est les rencontrer en personne. A partir de là, la communication en-ligne sera plus facile à comprendre.

L’exemple des expressions qui m’ont le plus perturbé au début (mais que j’ai maintenant intégré dans mon vocabulaire de “compréhension”) ne peut pas vraiment être traduit, car cela change en français…
Vous pouvez les lire dans l’article en anglais si cela vous intéresse….

Pour vous donner une idée, celle relative aux durées pourrait se traduire comme:
Tout de suite/à l’instant (just now) = Plus tard (later) …. (voir le blog en anglais)

Enregistrer

Enregistrer

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *